EN
Prendre un RDV
audio logo
< Retour au blog

Qu’est-ce qu’un digital nomad ?

A l’heure où le télétravail se démocratise, où nos foyers deviennent nos bureaux, certains audacieux vont encore plus loin en conciliant travail à distance et voyage autour du monde. Zoom sur un phénomène qui prend de plus en plus d’ampleur.

 

 

C’est quoi un « digital nomad » ?

Digital nomad est l’expression anglaise à la mode pour qualifier, au-delà d’un·e travailleur·euse itinérant·e, un véritable mode de vie alliant activité professionnelle et voyage. En effet, ces nomades digitaux n’ont besoin que d’un ordinateur et d’une bonne connexion Wifi pour travailler. Libre à eux d’enchainer journée de boulot et visites touristiques… Le rêve pour tout globe-trotter·euse n’ayant pas envie de choisir entre ces deux options !

 

Cependant, il est important de démystifier le concept. Le digital nomad ou nomade numérique n’est pas continuellement en vadrouille à l’autre bout du monde. Il n’enchaine pas forcément les destinations dépaysantes et peut juste opter pour des séjours ponctuels en France ou ailleurs, ou même poser ses valises, à moyen ou long terme dans un autre pays. Aucune obligation en ce qui concerne la fréquence ou la destination des voyages, il s’agit plutôt d’un style de vie très flexible.

 

 

Concrètement, comment devient-on digital nomad ? 

Evidemment, ce mode de vie n’est pas compatible avec tout type de métier, les tâches dites intellectuelles y sont souvent plus propices. Ainsi, il est préférable de se diriger, le plus tôt possible, vers une voie professionnelle permettant cette autonomie.

Le choix de la formation est donc important pour s’assurer une vie de nomade numérique, mais pas déterminant ! Libre à nous de réfléchir et repenser notre métier actuel pour le rendre « nomad friendly » ou bien même lister vos compétences et développer celles qui pourraient nous permettre de travailler à distance.

 

Néanmoins, avec l’avènement du digital, de nombreuses opportunités fleurissent pour tous·tes celles et ceux qui rêvent d’évasion. Que ce soit en tant que salarié ou indépendant, les métiers du numérique offrent un éventail de possibilités : du créateur de contenu marketing au web designer, en passant par le développeur mobile ou le rédacteur web… Nombreux sont les jobs qui s’y prêtent.

 

Mais pas de panique si vous n’avez pas ce cursus ou ces compétences ! Il est toujours possible de se reconvertir ou se réorienter et d’accéder à des formations débouchant sur des professions permettant de se nomadiser.

 

Nocode maker : le métier idéal pour une flexibilité maximale

Devenir Nocode maker est une option intéressante pour quiconque souhaite acquérir l’indépendance et la liberté de travailler d’où il/elle le souhaite.

Le Nocode maker est un de ces nouveaux métiers en plein essor. Il consiste à développer des solutions digitales (site, application web et autres outils digitaux) sans avoir besoin de coder, ni de connaître un langage de programmation. Cela est possible grâce à de nombreuses plateformes Nocode auxquelles sont formés les étudiant·es de l’Alegria.academy.

En 1 an, et sans aucun prérequis, il est possible de se professionnaliser et vivre de cette activité en tant que salarié·e ou indépendant·e.

Les profils des étudiants sont sélectionnés sur un test de personnalité et des entretiens. L’accent est mis sur les « soft skills » car le Nocode (outils et méthodologie) donnent les clefs à tout profil pour réaliser ses idées et tester des concepts.


Zoom sur ces nouvelles compétences et un métier digital en pleine expansion : Nocode Maker

Être à son compte = booster sa mobilité ?

Qui n’a pas rêvé d’être son propre boss, de décider de ses horaires, et accessoirement du lieu où poser son bureau ?

Être indépendant est pour beaucoup LA solution pour mener une vie de nomade digital. Ces dernières années, les sites et plateformes web mettant en relation travailleurs freelances et entreprises, se sont fortement développés. Les offres de missions à destination des indépendants se multiplient, et de nombreux jobs sont concernés.

 

Certaines plateformes en ligne, à l'image de Malt ou Crème de la crème, se concentrent sur la mise en relation des entreprises demandeuses avec les professionnels indépendants. D'autres, comme Liliwork, vont plus loin et organisent des programmes de voyage rassemblant plusieurs freelances, et leur permettant de travailler, de se rencontrer, tout en profitant d’activités touristiques.

 

Les avantages du statut d’auto-entrepreneur sont nombreux. Cependant, il existe certains points négatifs à prendre en compte avant de se lancer. Ces inconvénients sont majoritairement liés à l’insécurité du statut. En effet, pas de mission, pas de salaire ! Sans ressources, il est plus difficile de partir en tour du monde - ou du moins sans passer par du « work and travel ».

Cela peut également poser des problèmes lorsque l'on souhaite louer un logement ou même acquérir un bien immobilier.

De plus, les débuts en tant qu’indépendant·e peuvent être compliqués : il faut réussir à trouver ses premiers clients, que ces derniers accordent leur confiance et acceptent la distance physique… Pas toujours simple sur un marché de plus en plus concurrentiel, où les avis et retours d’expérience sont souvent gages de qualité.

 

Néanmoins, l’avantage principal de ces métiers de nomade digital, est la grande capacité à pouvoir switcher entre salariat et entrepreneuriat. Ces jobs à employabilité forte permettent même à un salarié de travailler à distance. La preuve au sein de notre agence Nocode Alegria.tech : plusieurs membres de notre équipe exercent exclusivement en remote. C’est notamment le cas de certains collaborateurs lyonnais, nantais ou niçois !


Digital Nomad : quel budget pour un tour du monde en travaillant ?

Tout dépend évidemment des destinations choisies, de la fréquence des déplacements et des modes d’hébergement sur place (hotel, coloc ou sous-locations, airbnb, auberges, etc.).

Voici quelques pistes pour vous aider à budgéter une année en tant que nomade digital :

  • Prix moyen d’un billet tour du Monde en 2021 : 3.250€*. Notez qu’il est possible de s’en procurer via les agences spécialisées ou les compagnies aériennes. D’ailleurs, l’Alliance SkyTeam, composée de 20 compagnies partenaires, permet d'accéder à plus de 1.000 destinations dans 177 pays. Les prix, allant de 2.000€ à plus de 5.000€, varient selon le nombre de vols. (*source: Tourdumondiste)
  • Pour des déplacements plus écoresponsables et moins lointains ou rapides, il est possible de voyager en train. Par exemple, pour un tour d’Europe, il existe le Global Pass Interrail qui donne accès aux réseaux ferroviaires (et à certains ferry) de 33 pays européens. Le prix varie selon la durée choisie : de 246€ pour 4 jours à 902€ pour trois mois complets, en seconde classe. (Source : Interrail)


Quelles sont les meilleures destinations pour un Digital Nomad ?

Comment voyager sans gros budget et trouver des infrastructures adaptées (Wifi, espaces de coworking, etc.) ? 

A vrai dire, une multitude de classements existent listant les meilleures destinations pour les digital nomads. De manière globale, les pays et villes proposés sont très différents les uns des autres. La destination de rêve dépend donc beaucoup de vous et de votre sensibilité. 

Cependant, certains pays sont régulièrement cités, à l’image de la Thaïlande pour voyager en Asie, l’Argentine et le Brésil pour découvrir l’Amérique latine ou bien le Canada ou la Hongrie pour profiter d’un climat plus continental. 

Dans tous les cas, il est nécessaire de se renseigner sur les conditions d’accueil et de visa sur place. On sait que le visa touristique des Etats-Unis se limite à 3 mois. Le besoin de visa ou de document particulier dépend selon les destinations et peut varier en fonction du statut en tant qu’Européen ou français. Nous vous recommandons donc de prévoir ces démarches administratives en amont en vous renseignant auprès du service public.


Retour d’expérience d'un digital nomad en Australie 

Une de nos collaboratrices, s’est expatriée un peu plus d’un an avant d’intégrer Alegria.group. Elle a choisi de faire le tour de l’Australie avec le “Working Holiday Visa”, qui lui permettait de travailler sur place. Voici les points positifs et négatifs qu’elle a relevés :

  • Un climat agréable : elle est arrivée en décembre, en plein été ! Attention, au Sud de l’Australie qui peut afficher des températures basses en juin et juillet. 
  • Une couverture internet globalement bonne sur les littoraux où se concentrent la population. A contrario, le centre de l’île est désertique.
  • Le paradis pour les artistes, photographes, influenceurs et blogueurs : des spots à couper le souffle !
  • L’aspect financier non négligeable : obligation de justifier de la possession de 5.000$ australiens (environ 3000€) pour entrer sur le territoire. De plus, il est nécessaire de prévoir un budget conséquent pour se loger. A titre d’exemple, Leslie payait environ 35 dollars la nuitée dans un dortoir, pour séjourner dans une auberge de jeunesse.



Pour vous inspirer des destinations plus ou moins lointaines (de Paris aux régions du monde entier !), nous partageons chaque lundi un lieu que notre équipe a testé pour vous et les futur·es digital nomads de notre Academy :

Vous souhaitez en savoir plus
sur notre programme ?

Êtes-vous prêt à devenir
Nocode Maker ?

Vous avez une idée de projet ?